Sitemap | ne | frans | engels
Une question ? Appelez-nous:: 0032 57 40 91 20

L'observatoire de la consommation alimentaire

L'observatoire de la consommation alimentaire (OCA) a été créé en septembre 2003 dans le cadre de la politique de promotion des produits agricoles de la Région wallonne . L'objectif est de rassembler et structurer l'information sur les comportements des consommateurs en relation avec les productions agricoles. Le ministre wallon de l'Agriculture, Carlo Di Antonio (cdH), a résilié ,à titre conservatoire, la convention-cadre qui liait jusqu'à présent l'Agence wallonne pour la promotion d'une agriculture de qualité (APAQ-W) au Crioc.

L’observatoire de la consommation alimentaire


L’observatoire de la consommation alimentaire (OCA) lien a été créé en septembre 2003 dans le cadre de la politique de promotion des produits agricoles de la Région wallonne . L’objectif est de rassembler et structurer l’information sur les comportements des consommateurs en relation avec les productions agricoles.http://www.gembloux.ulg.ac.be/si/OCA/ Cet outil de recherche et de développement associe le Centre de Recherche et d’Information des Organisations de Consommateurs (CRIOC) et les Unités d’Economie et Développement rural et Statistique et informatique appliquées de la Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux (GxABT/ULg).

 

    • La pomme de terre : facile à préparer, sans danger, goûteuse et bon marché. Mais la pomme de terre a également l’image d’un aliment qui fait grossir. L’étude du CRIOC nous montre les habitudes d’achat et de consommation, parmi les variétés de pommes de terre disponibles en magasin. Vous voulez tout savoir sur la Bintje, la Nicola et la Charlotte ?
    • Les consommateurs et les yaourts. 8 consommateurs belges sur 10 en consomment, en moyenne d’une fois par jour. Une bonne occasion pour l’Observatoire de la Consommation Alimentaire d’étudier le goût, la qualité et le prix de ce produit populaire. Produits biologiques, enrichis en minéraux, vitamines, bactéries ou facteurs de diminution du cholestérol ? Les yaourts ont tout pour vous séduire !
    • La perception des messages anti-viande
      Cette étude quantitative mesure la perception des messages anti-viande envoyés régulièrement aux consommateurs. Sont-ils crédibles ? Modifient-ils leurs habitudes alimentaires ? Quelles sont les raisons qui poussent au changement ?
    • Circuits courts Cette étude quantitative réalisée en 2010 auprès des consommateurs francophones (Bruxellois et wallons) mesure la perception et les attentes des consommateurs vis-à-vis de la commercialisation des productions locales par les circuits courts. Elle mesure aussi les habitudes d’achat alimentaire et l’intérêt des consommateurs pour des circuits de vente directe (vente directe à la ferme, point de vent collectif, panier collectif, marché public, marché fermier, marché à la ferme, vente en tournée). [31 juillet 2010]
    • Consommateurs et circuits courts Cette étude quantitative réalisée en 2010 auprès des consommateurs francophones (Bruxellois et wallons) cherche à déterminer les profils des consommateurs intéressés par les circuits courts (logique de décision, attitudes et comportements vis-à-vis des circuits courts, produits recherchés, attitudes et comportements par rapport à l’alimentation et la nutrition, produits achetés aujourd’hui, caractéristiques démographiques du public intéressé). mesure la perception et les attentes des consommateurs vis-à-vis de la commercialisation des productions locales par les circuits courts. Elle mesure aussi les habitudes d’achat alimentaire et l’intérêt des consommateurs pour des circuits de vente directe (vente directe à la ferme, point de vent collectif, panier collectif, marché public, marché fermier, marché à la ferme, vente en tournée). [31 juillet 2010]
    • Attentes et attitudes de consommation 2010 Cette étude quantitative réalisée en 2010 auprès des consommateurs belges mesure annuellement les attentes et les critères de choix d’un produit alimentaire et d’un magasin alimentaire. [20 juillet 2010]
    • Les Belges et le jardinage L’objectif de cette étude est de décrire les habitudes des consommateurs en matière de potagers en Belgique et d’identifier les légumes cultivés. [19 mars 2010]
    • Consommateurs et miel [2010] Perceptions du miel(belge,étranger et comparaison)Habitudes d’achat(achat et fréquence d’achat,produits achetés(miels solide,liquide, monofloral,bio,propolis, gelée royale, pâte à tartiner à base de miel, cire d’abeille,pollen,biscuits au miel,shampooing et masque de beauté au miel),connaissance de l’origine des produits achetés,origine des produits achetés,lieux d’achat). Habitudes de consommation(profil des consommateurs,fréquence de consommation,évolution de la consommation)
    • Etude Sapins de Noël [2010] L’objectif de l’étude est de fournir aux acteurs du marché des données permettant de catégoriser le marché du sapin en Belgique (notoriété, perception, habitudes d’achat, profil des acheteurs,...)
    • La restauration collective L’objectif de l’étude est de comprendre et d’analyser les mécanismes et conditions d’achat des produits agricoles ou alimentaires de base par les collectivités. [30 novembre 2009]
    • Le catering L’objectif de l’étude est de comprendre et d’analyser les mécanismes et conditions d’achat des produits agricoles ou alimentaires de base par le secteur de la restauration collective (catering). [30 novembre 2009]
    • Image de l’agriculture wallonne Que pensent les Belges de l’agriculture wallonne ? Au delà de l’image d’Epinal, comment perçoivent-ils les produits d’origine wallonne ? Quelles est l’image véhiculée par les agriculteurs ? Le concept de "produit wallon" est-il porteur de sens ? Les produits wallons sont-ils perçus comme de qualité supérieure ? Telles sont les questions auxquelles cette étude qualitative auprès de 613 personnes répond. [25 octobre 2009]
    • Fleurs et cimetières Cette étude quantitative évalue les habitudes d’achat des consommateurs en matière de fleurs au moment de la Toussaint. elle établit une comparaison sur l’évolution du marché au cours des dernières années. [22 octobre 2009]
    • Les jeunes et les snacks Les enfants et les jeunes sont d’importants consommateurs de collation, surtout pendant l’école. Cette étude quantitative décrit le comportement des jeunes en matière de consommation de snacks à l’école et en famille, pendant la semaine et le week-end. [26 août 2009]
    • Attentes et attitudes de consommation 2009 Cette étude quantitative auprès des consommateurs belges mesure annuellement les attentes et les critères de choix d’un produit alimentaire et d’un magasin alimentaire. [25 août 2009]
    • Nouveaux produits alimentaires : Nos sens mis en éveil ! En 2008, côté "Nouveaux produits alimentaires", la recherche du plaisir gustatif prime (84%) et se partage le haut de l’affiche avec la praticité (54%) et l’aspect santé (46%) ! Quant à l’aspect éthique, alors qu’il était quasi inexistant en 2006, il ne cesse de prendre de l’ampleur (8%) ! C’est ce que nous révèle une étude du CRIOC, qui a analysé la composition et la présentation de 339 produits alimentaires et qui compare les nouvelles tendances avec celles de 2006. [6 mars 2009]
    • Pommes de terre et Horeca Cette étude quantitative réalisée auprès du secteur HORECA en Belgique a pour objectif de connaître leurs perceptions et leurs habitudes d’achat et de consommation de pommes de terre et produits dérivés ainsi que de déterminer leurs besoins et attentes spécifiques par rapport à leurs fournisseurs (en termes de produits, services, informations).
    • Allergies et intolérances alimentaires Cette étude quantitative réalisée auprès des consommateurs vise à évaluer l’importance des allergies au sein de la population et leurs perceptions, à évaluer la connaissance des consommateurs concernant les produits alimentaires potentiellement allergènes et les symptômes d’allergies, intolérances alimentaires. L’étude a également pour objectif de diagnostiquer les problèmes rencontrés par les personnes/familles touchées par les allergies, intolérances alimentaires lors des achats et de préciser le besoin d’information de la population.
    • Produits laitiers et horeca Cette étude quantitative réalisée auprès du secteur HORECA en Belgique a pour objectif de connaître leurs perceptions et leurs habitudes d’achat et de consommation de produits laitiers ainsi que de déterminer leurs besoins et attentes spécifiques par rapport à leurs fournisseurs (en termes de produits, services, informations).
    • Consommateurs et viande bovine Cette étude quantitative d’usages et d’attitudes réalisée auprès des consommateurs belges détermine la perception des consommateurs vis-à-vis de la viande bovine, leurs habitudes d’achat et de consommation de viande bovine et de plats préparés à base de viande bovine ainsi que leurs attentes en termes d’information et de nouveautés produits.
    • 2008 : année de la pomme de terre Ce rapport synthétise l’ensemble des études réalisées sur les pommes de terre entre 2005 et 2007 dans le cadre de l’Observatoire de la Consommation Alimentaire. [4 janvier 2008]
    • Nouveaux produits alimentairesdéchargement
      Les innovations alimentaires apparues sur le marché en 2006, se caractérisent d’abord par la recherche du plaisir, via des améliorations de recette et de composition des produits (quatre produits sur cinq). Simultanément, un produit sur deux (trois sur cinq en Belgique) a modifié son image, son emballage ou même son positionnement. Le souci du gain de temps à la préparation reste présent mais les nouveaux produits belges s’adressent surtout aux consommateurs hédonistes amoureux du bien manger.
    • Canaux de distribution des produits alimentairesdéchargement
      Cette étude quantitative auprès des consommateurs belges définit les critères de choix d’un magasin alimentaire, montre l’évolution des enseignes et de points de vente en précisant pour différents produits alimentaires, les lieux d’achat les plus fréquentés
    • Acheter sain : les signes de qualité déchargement
      Entre les produits du terroir, les produits fermiers, les appellations d’origine protégée et autres insignes de "qualité différenciée", le consommateur a du mal à s’y retrouver. Et pour cause ! A l’exception du label bio qui offre une garantie objective et contrôlée, la plupart des signes de qualité ne garantissent que partiellement certains avantages qu’ils annoncent. D’où une perte de crédibilité pour l’ensemble des signes de qualité. Le Crioc avance des propositions concrètes pour remédier à cette confusion.
    • Test de goût : snack de viande bovine déchargement Ce test de goût s’inscrit dans la recherche de valorisation de la production bovine. Il vise à évaluer l’opportunité de développer de nouveaux types de produits à base de viande bovine et déterminer l’appréciation et la perception des consommateurs vis-à-vis des snacks de viande de viande bovine séché. Il détermine aussi le prix de valorisation du produit.
    • Les Belges consomment de plus en plus de plats préparés, au détriment des plats cuisinés par leurs soins : c’est ce qui ressort de deux études conjointes menées dans le cadre des activités de l’Observatoire de la Consommation Alimentaire. La Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux (GxATB/ULg) s’est penchée sur l’évolution des dépenses alimentaires des ménages en plats préparés. Le Centre de Recherche et d’Information des Organisations de consommateurs (CRIOC) a analysé les perceptions et habitudes de consommation de plats préparés parmi les consommateurs. Voici leurs conclusions et recommandations. déchargement site du CRIOC
    • Perception des produits de volaille et de porc
      Les productions porcines et avicoles wallonnes sont-elles en mesure de répondre aux attentes des consommateurs, communication présentée à l’occasion de la 6ème journée productions porcines et avicoles. déchargement
    • Grignotage et collations
      Cette étude quantitative auprès des consommateurs belges évalue l’ampleur du phénomène, précise les habitudes du grignotage, décrit les raisons de choix et le profil des consommateurs. déchargement
    • Attentes et attitudes de consommation 2006
      Cette étude quantitative auprès des consommateurs belges mesure les attentes et les critères de choix d’un produit alimentaire et d’un magasin alimentaire. déchargement
    • Consommateurs et produits alimentaires
      Cette étude quantitative auprès des consommateurs belges détermine la perception des consommateurs vis-à-vis de produits tels que les pommes de terre, du porc et de la volaille et des produits dérivés de ces produits. déchargement
    • Typologie des comportements alimentaires
      600 Interviews réalisées par téléphone auprès des habitants de Belgique âgés de 14 ans et + qui permettent de décrire et de mieux comprendre les différents types de consommateurs de choisir son marché cible, de pouvoir adapter les produits à leurs besoins et la communication à leurs attentes en matière nutritionnelle. déchargement
    • Deux études concernant le secteur des artisants boulangers-pâtissiers
      • La première étude a été réalisée à la demande de la filière grande culture et a pour objectif de décrire le secteur des artisans boulangers-pâtissiers en Belgique (activités, besoins et attentes, perspectives futures), d’évaluer l’usage des farines par le secteur et de déterminer les besoins et attentes spécifiques des artisans par rapport à leurs fournisseurs (critères de choix et de satisfaction, demande d’information, attentes et sensibilité aux actions promotionnelles). déchargement
      • La deuxième étude a été réalisée à la demande de la filière lait et a pour objectif de décrire le secteur des artisans boulangers-pâtissiers en Belgique (activités, besoins et attentes, perspectives futures), d’évaluer l’usage des produits laitiers utilisés par le secteur (beurre, crème) et comparer cet usage aux produits concurrents (margarine, mélanges, etc.) tant en frais qu’en surgelés et de déterminer les besoins et attentes spécifiques des artisans par rapport à leurs fournisseurs (critères de choix et de satisfaction, notoriété des fournisseurs, demande d’information, attentes et évaluation des actions promotionnelles). déchargement
    • Rapport Filières viandes 2011
    • Rapport Filières viandes 2010 L’analyse de l’évolution de la consommation des produits alimentaires est conditionnée par les sources d’informations disponibles en Région wallonne.
      Cette synthèse de la consommation à l’attention des différentes filières a été réalisée à partir des données disponibles à l’Observatoire de la Consommation Alimentaire en 2010. Pour rappel, les données disponibles sont issues de trois sources principales : les bilans d’approvisionnement, l’enquête sur le Budget des Ménages (EBM) et l’indice des prix à la consommation.
    • Etude des relations entre les catégories de ménages et les produits consommés Cette étude, réalisée à partir des données de l’EBM de 2004, a pour but de mettre en évidence les relations entre les catégories de ménage (taille du ménage, âge de la personne de référence, statut professionnel de la personne de référence, revenus du ménage) et les dépenses pour la consommation à domicile de produits alimentaires.
    • Comparaison des dépenses alimentaires des ménages aux USA et en Belgique traduction en francais
      La production agricole et l’industrie agro-alimentaire sont aujourd’hui conditionnées par la demande des consommateurs. Face à la globalisation du commerce des denrées alimentaires, les différences de préférences des consommateurs de par le monde doivent être prises en compte. L’objectif de cette étude est de comparer ,à partir des sources de données disponibles, les habitudes de consommation alimentaire aux USA et en Belgique, pays qui s’avère un bon indicateur de la consommation alimentaire européenne puisque la plupart les données le concernant correspondent à la moyenne de l’Europe des 15. L’analyse comporte, d’une part, l’évolution de la consommation alimentaire au cours des cinquante dernières années et, d’autre part, la part actuelle des dépenses alimentaires dans le budget des ménages ainsi que les déterminants socio-économiques susceptibles d’avoir un impact sur celles-ci. english version
    • Evolution des dépenses alimentaires des ménages : plus de plats préparés et moins de produits traditionnels. Si au début du siècle dernier, les achats alimentaires représentaient 60% du panier de la ménagère belge, la part des dépenses liées à l’alimentation a nettement diminué au cours des dernières décennies. De plus, l’évolution des modes de vie a entraîné des mutations importantes dans les choix de consommation alimentaire. L’alimentation intervient aujourd’hui en moyenne pour un cinquième dans le budget des ménages belges : quelques 12% consacrés à l’alimentation à domicile, 3% impartis aux achats de boissons et 5% dépensés en restauration hors domicile. Outre la tendance à une augmentation des repas pris hors domicile, on constate que les ménages privilégient l’achat de produits de plus en plus élaborés, prêts à être consommés, au détriment des aliments traditionnels, proches des produits agricoles de base.
    • Des aliments sains et naturels dans l’assiette des jeunes : une utopie ? Dans nos pays où l’alimentation est placée sous le signe de l’abondance, le consommateur en situation apparente « d’hyper choix » est confronté, dans ses choix alimentaires, à bon nombre de messages pseudo-scientifiques l’orientant in fine vers l’aseptisé, le standardisé, le banalisé. Scientifiques, chercheurs et enseignants ont certes un rôle important à jouer dans la définition de repères alimentaires raisonnés pour des choix durables. La meilleure stratégie à cet égard passe, selon nous, par l’éducation du goût et la nécessité de rétablir l’image de marque de l’agriculture, creuset de nos sociétés passées et facteur d’équilibre de nos sociétés futures.

- Acheter sain, les signes de qualité Le Crioc a publié une étude relative à la problématique de l’existence de nombreux signes de qualité (légiférés et non légiférés) et à leur lien avec une consommation saine. Nous vous proposons d’en découvrir les résultats complets à l’emplacement suivant du site Internet de la FACW (...).

Quelles sont cependant les grandes lignes à retenir ?

Le consommateur est noyé entre tous ces signes de qualité. Une large confusion règne entre les produits du terroir, bio, équitables, de qualité différenciée, wallons, IGP, AOP, STG. Il n’associe pas forcément l’intérêt d’un signe à la réelle plus-value qu’il apporte (ex. : on n’associe pas le bio à une meilleure qualité nutritionnelle prouvée cependant par des études scientifiques).

Qu’en est-il de le la qualité différenciée ?

Il est intéressant de remarquer la confiance que le consommateur accorde aux produits de qualité différenciée : peu connus pourtant de celui-ci, démontrant par là-même l’intérêt de développer le marketing (il en est de même pour les IGP, AOP, STG), il associe néanmoins la qualité différenciée à une réassurance dans laquelle 8 personnes sur 10 estiment qu’elle apporte des avantages supérieurs par rapport aux produits standards. L’approbation du cahier des charges par le gouvernement et son contrôle par un organisme indépendant assure par ailleurs la perception d’une série d’avantages : le respect de la réglementation, du bien-être animal et de l’environnement, une meilleure rémunération des producteurs, une garantie de l’origine wallonne, des conditions strictes d’élevage.

- Guide de bonnes pratiques pour des modes de consommation alimentaire respectueux de l’environnement et soucieux d’un développement durable lien (site DGRNE)

- La consommation des ménages à revenu modeste ( site du CRIOC ) :
Dans notre société, où la vie est de plus en plus chère et où le pouvoir d’achat ne cesse de diminuer, qu’en est-il de la consommation des consommateurs à revenu modeste ( identifiée au départ des groupes sociaux inférieurs) ?






bron: Agripress    08:31:00|02/03/2013